(+44) 7518609210
fr
0
  • No products in the cart.
VIEW CART Total: £0.00

Une redéfinition du succès, du football à l’éducation : Jacinto Ela Eyenne

Une redéfinition du succès, du football à l’éducation : Jacinto Ela Eyenne

Jacinto Ela Eyenne a été le premier joueur espagnol de moins de 20 ans à jouer en Premier League. Sa carrière professionnelle dans le football le conduisit partout en Europe ou il joua pour des équipes de premier plan. Mais depuis qu’il prit sa retraite sportive alors âgé de 26 ans, Jacinto a dû revoir ce que le succès signifiait vraiment pour lui, à travers son metier d’éducateur pour les jeunes générations et en poursuivant sa passion pour l’écriture.

« J’ai rencontré le succès le premier jour où j’ai travaillé dans une école. » dit-il. « Vous vous sentez utile, car même si vous en faites peu, vous aidez beaucoup d’enfants. Si les enfants ressentent une amélioration dans leurs études et dans leurs vies, vous savez que vous avez joue votre rôle. »

Jacinto est né à Añisok en Guinée Équatoriale, déménagea dans les Iles Canaries en Espagne lorsqu’il n’avait que dix mois, puis à Barcelone à l’âge de neuf ans. Il vit toujours à Barcelone aujourd’hui. C’est là-bas que son talent footballistique fut remarqué. Ce qui commença comme un jeu et comme un moyen de se faire des amis vit rapidement Jacinto être promu de division en division et entrevoir la possibilité de devenir professionnel à 15 ans.

Il passera finalement des années à jouer dans des équipes telles que Hércules FC, Dundee United FC et dans une multitude d’équipes de deuxième et de troisième division. Il vécut l’une de ses plus grandes aventures à l’âge de 19 ans, en allant à l’étranger pour jouer dans l’équipe de League Southampton FC.

J’ai rencontré le succès le premier jour où j’ai travaillé dans une école.

« J’ai été le premier joueur Espagnol de moins de 20 ans à avoir joué en Premier League. » se rappelle-t-il de son déménagement vers le Royaume-Uni.  « Ce qui me donnait une certaine tranquillité, c’est qu’à défaut d’autre chose, au moins je reviendrais [en Espagne] en ayant appris l’Anglais. » Le football permit à Jacinto de gagner de l’argent, de voyager et de gagner en visibilité. Mais cela avait un prix ; être loin de sa famille et de ses amis, changer d’équipe chaque année. Il se demandait parfois, dit-il, si le football valait la peine de faire tous ces sacrifices à tout prix.

Le statut d’homme noir de Jacinto définit non seulement comment les gens le voient, dit-il, mais aussi comment les gens perçoivent la communauté noire dans son ensemble. Les gens se font leurs opinions et définissent leurs attentes en fonction des gens qu’ils connaissent, puis forment des généralités sur des personnes similaires, pour le meilleur et pour le pire. Par conséquent, Jacinto agit non seulement pour lui mais également au nom de cette communauté.

« On a tendance à ne pas le dire… Mais lorsque vous êtes différent, votre comportement doit être irréprochable. » dit-il. « En vous comportant bien, vous contribuez à former une perception populaire plus positive de votre famille et de votre race.  Le fait d’être noir vous pousse à vous dépasser. Vous ne pouvez pas juste faire la même chose que les autres ; tout le monde s’attend à ce que vous en fassiez un peu plus et alliez un peu plus loin. Ceci vous met une pression supplémentaire mais cela peut être une bonne chose. Cela peut créer une attente positive et vous oblige à toujours être exemplaire. »

Même s’il a été l’un de ces rares cas à avoir réussi à devenir footballeur professionnel, Jacinto décida de prendre sa retraite tôt, s’étant promis qu’il arrêterait le football s’il ne réussissait pas à jouer en première division avant l’âge de 24 ans. Il reconnait que cette décision ne fut pas facile à prendre et qu’il dut se battre pour trouver ce qu’il ferait après sa retraite.

« Il peut être difficile de trouver sa place dans la société une fois que vous arrêtez de jouer. » dit-il. Jacinto affirme que c’est purement grâce au destin qu’il a trouvé son travail actuel qui consiste à aider les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage à mieux s’intégrer. « C’est devenu mon havre de paix après avoir pris ma retraite dans le football. » dit-il.

L’optimisme de Jacinto est palpable lorsqu’il parle de l’époque où il était joueur de football. Il est extrêmement heureux et fier de sa jeunesse, surtout du fait qu’il joua pour l’équipe nationale d’Espagne espoirs avec laquelle il remporta le championnat du monde espoirs, et qu’il se soit installé en Angleterre étant jeune. Mais alors que par le passé, il accordait beaucoup d’importance à la compensation financière et et à la reconnaissance que lui apportait le football, aujourd’hui dans la trentaine, il définit le succès en fonction du service qu’il peut rendre à la société et de l’impact qu’il peut avoir sur la société.

L’opportunité de travailler dans le domaine de l’éducation est une grande source de satisfaction, dit Jacinto, qui pense qu’il est plus important que jamais que les écoles en Espagne instruisent les élèves sur la diversité, et aient des enseignants qui représentent la diversité existant dans la communauté pour défier les perceptions. Il est heureux d’avoir la chance de pouvoir soutenir des personnes avec qui il partage une culture et une ethnie similaires aux siennes, ce qui contribue à enrichir l’écosystème de l’école et bâtit des modèles à suivre pour l’avenir.

Le fait d’être noir vous pousse à vous dépasser ; tout le monde s’attend à ce que vous en fassiez plus. 

Le principal obstacle qui peut nous freiner dans nos carrières est la peur, dit Jacinto, peur qu’il pense que l’on hérite de notre famille. Jacinto souligne aussi l’Importance de ne pas avoir peur de faire des erreurs, de toujours donner son maximum, et de lire et d’écouter les autres pour pouvoir combattre nos peurs. Tout le monde peut apprendre, en particulier des gens avec lesquels nous avons moins en commun, et les autres ont en fait déjà surmonté et résolu beaucoup des défis que nous affrontons.

« Vous devez avoir le courage de toujours aller de l’avant en gardant la tête haute. » dit Jacinto aux jeunes gens, soulignant l‘importance de garder la tête haute, peu importe son origine, sa race, ou son statut social, ne laissant pas des pensées devenir des barrières qui nous empêcheraient de poursuivre nos rêves.

Jacinto nous rappelle que le monde a beaucoup changé et que nous pouvons faire tomber ces barrières, surtout les barrières personnelles. Au lieu de se sentir peu en confiance, vous devez continuer à vous battre, avec du courage et en gardant la tête haute, laissant les gens autour de vous voir que vous êtes sûrs de vous. « Nous sommes tous des êtres humains, dit-il. « Personne n’est mieux que personne ».

ll peut être difficile de trouver sa place dans la société une fois que vous arrêtez de jouer. 

Related Posts

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *