Un acte de foi: Bisila Bokoko

Rootencial est ravi de vous présenter Bisila Bokoko, une femme d’affaires, philanthrope et oratrice. Née et ayant grandi en Espagne, la famille de Bisila vient de Guinée Equatoriale.

Apres avoir étudié le droit et l’économie en Espagne, Bisila a commencé sa carrière en business international et n’a plus jamais regarde derrière elle.

Apres avoir déménagé à New York, travaillant avec l’Institut d’Export de Valence et d’Espagne, la Chambre de Commerce des Etats-Unis, elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat et a lancé sa propre boite de consulting, Bisila Bokoko Embassy International (BBES).

Ce que j’aime le plus dans mon travail est d’ouvrir des marchés à des gens qui veulent se lancer dans l’international. C’est une des choses qui m’excite le plus. Je travaille avec des entreprises mais aussi avec des personnes, des personnes qui veulent s’étendre à l’international. 

Un acte de foi: Bisila Bokoko

Audio en anglais

Dans sa route vers le succès, Bisila a dû apprendre comment échouer. Elle fut en effet renvoyée de son poste à la Chambre du Commerce, ce qui la poussa vers l’entrepreneuriat. Une affaire dans le domaine du vin avec son frère échoua au début, les forçant à changer le business model. ‘Bisila Wines’, sa marque de fabrique, a depuis connu le succès et reçu de nombreux prix.

Bisila a aussi connu des échecs personnels et des défis le long de son chemin. « Au début de ma carrière, j’étais parfois arrogante. J’ai dû apprendre à être humble… J’étais très occupée, je courais beaucoup. Il faut toujours penser à pourquoi vous courez et à ce pourquoi vous courez !… Cela vient en grande partie d’une culture qui consiste à mesurer la réussite par l’argent que l’on possède, mais aussi des pressions liées au fait d’être fille d’immigrants… J’ai senti une pression, en tant que femme noire, qui faisait que je devais toujours réussir parfaitement et être extraordinaire. »

L’une des plus grandes réussites de Bisila, en dehors du monde des affaires est le Projet Africain d’Alphabétisation Bisila Bosoko, une association à but non lucratif qui promeut l’alphabétisation en construisant des bibliothèques équipées, durables et modernes.

« Je tiens mon inspiration de ma première visite en Afrique en 2009. » raconte Bisila. « J’ai vu une partie de moi dans les enfants que j’ai rencontrés dans les zones rurales. La seule différence entre eux et moi était que j’avais accès à l’éducation. C’est ce qui vous donne l’opportunité de faire des choix. Je crois profondément qu’avec un livre, vous n’êtes pas seuls. Un livre peut ouvrir des voies qui permettent de voir des choses. Un livre présente à la fois un aspect éducatif et un aspect spirituel… Je suis fière de pouvoir partager ce cadeau avec différentes communautés en Afrique (au Zimbabwe, au Kenya, en Ouganda, au Ghana, au Nigéria et en Guinée Equatoriale) et de partager mon succès avec ces enfants ; c’est ainsi que je vois les choses. »

Cependant, d’après Bisila, l’éducation ce n’est pas juste obtenir un diplôme. « L’éducation se fait au quotidien. Il ne s’agit pas simplement d’avoir un certificat, ou d’aller à l’université. En temps normal je lis 52 livres par an, soit un livre par semaine. C’est un de mes engagements. J’essaye de lire des choses sur des secteurs différents et de lire de nouvelles idées, pour m’aider à penser autrement. De plus, j’aime lire. »

Vous devez croire que tout est possible. Il m’arrive parfois d’avoir peur et de limiter ce que je crois possible. Mais vous devez vous responsabiliser et laisser de coté la peur d’échouer et celle que tout va aller de travers. Ce n’est pas grave ; vous allez parfois échouer. Mais il faut continuer à aller de l’avant. Vous devez avoir un rêve en vue : vous pouvez le réaliser.

Mais la plus grande des réussites de Bisila, nous confie-t-elle fièrement, ce sont ses enfants. « J’ai deux enfants. Lorsque vous donnez la vie, c’est un tel cadeau et une telle responsabilité… Chaque jour ils me rappellent ce qu’est vraiment la vie et pourquoi je dois rester sur les rails. Ils font de moi une personne meilleure. Ils sont maintenant ados et me donnent aussi des conseils, donc je suis vraiment fière d’eux. »

Bisila conclut en soulignant l’importance de sortir de sa zone de confort. « Vous devez croire que tout est possible. Il m’arrive parfois d’avoir peur et de limiter ce que je crois possible. Mais vous devez vous responsabiliser et laisser de coté la peur d’échouer et celle que tout va aller de travers. Ce n’est pas grave ; vous allez parfois échouer. Mais il faut continuer à aller de l’avant. Vous devez avoir un rêve en vue : vous pouvez le réaliser. »

Pin It on Pinterest

Share This